rino telaroJ'ai choisi de faire "l'artiste" et non autre chose parce que je voulais me sentir libre de mes choix, avoir la possibilité de communiquer sans aucune interférence didactique, politique ou déontologique. Je considère la communication et l'information comme la pierre angulaire des civilisations démocratiques.

 

La vérité n'est pas toujours évidente et chacun de nous en possède une, mais, il existe entre autre, une vérité universelle « l'amour », et à travers cet amour nous avons la possibilité de choisir (dans les limites culturelles et des connaissances) le langage le mieux approprié ou plus encore, le plus compréhensif afin de transmettre des informations et d'en évaluer le contenu. La communication utilise différents moyens pour pouvoir arriver à sa cible et l'information qu'elle diffuse n'est pas toujours réelle ou justifiée spécialement dans notre société ou l'intérêt premier est l'acquisition d'un produit ou sa promotion. Nous vivons dans une société technocratique où notre rêve est devenu le rêve de l'autre et le marché un dictateur impitoyable qui dirige notre vie socio-économique en nous laissant vivre dans la misère mentale avec un sourire sur les lèvres, un sourire amer que désormais nous ne distinguons plus, mais qui devient jour après jour plus doux et sadomasochiste.

J'ai envie d'hurler mais je préfère communiquer cette vérité universelle de l'amour et laisser aux autres l'interprétation et tirer les conclusions de mes moyens de communication et d'information.

Je suis né à Caserte (Italie) en 1950.

Je commence mon activité artistique en 1966. Après le diplôme technique je m'inscris à la faculté d'architecture de l'athénée napolitain que je quitte après la quatrième année pour me dédier entièrement à la recherche artistique que je pratiquais parallèlement. L'exigence de nouvelles expériences me porte à Paris, en mai 1968, où je vis durant environ deux ans en participant activement aux mouvements culturels de la capitale française. A l'expérience parisienne succède l'allemande (Munich).

Je reviens en Italie en 1972, fréquente activement les milieux artistiques de Rome et Milan. En 1974 je suis en Suisse. En 1975, je suis invité à participer à la dixième quadriennale d'art de Rome. 

En 1976 je suis à Londres où je résiderai environ douze ans. C'est la période durant laquelle je fréquente des artistes et critiques londoniens. (David Medalla, Guy Brett, Caroline Tisdall et Peter Townsend). Je suis membre du groupe «artistes for democracy», dont le théoricien, Guy Brett, est membre du groupe romain « cosa mentale », théorisé, quant à lui, par Maurizio Fagiolo Dell'Arco. 

En 1991, je rentre en Italie. En 2000, je m'arrête en Belgique où je vis actuellement.

 

thought

J'ai choisi de faire "l'artiste" et non autre chose parce que je voulais me sentir libre de mes choix, avoir la possibilité de communiquer sans aucune interférence didactique, politique ou déontologique. Je considère la communication et l'information comme la pierre angulaire des civilisations démocratiques.


News

Manifesto Brut

"Next exhibition"

LONDON BIENNALE 2014

"Pollination"

 

Read more...

By A Web Design

Go to top